À propos

Cet espace propose la mise en ligne de mes recherches et traductions personnelles sur les récits qui ont façonnés le wulin, la communauté des maîtres de l’art martial chinois.

Percer les énigmes de la culture martiale chinoise afin de rendre ces récits en langue française se révèle être une délicate affaire. Ce blog ne vise donc en aucun cas à l’exhaustivité et toutes remarques sur des erreurs d’interprétation sont les bienvenues. Il sera au fur et à mesure enrichit de nouvelles traductions que je serai heureux de partager avec vous, espérant ainsi pouvoir apporter modeste contribution dans la pratique et la recherche de ce précieux héritage, lequel serait, peut-être dû à la disparition des maîtres, voué à un avenir incertain.

Crédit photo : Lisa T.

Photo : Lisa T.

La transcription du chinois

Sur ce blog, le chinois est transcrit dans le système pinyin — transcription phonétique du mandarin en écriture latine —, instauré dans les années 1950 en Chine populaire et (plus ou moins) accepté aujourd’hui comme norme internationale. Pour les sinisants, certains noms propres importants, les noms des différentes familles de boxes ainsi que les techniques sont donnés en pinyin et en caractères, cependant les informations jouant un rôle moins important dans la compréhension sont données uniquement en pinyin, dans certains cas expliquées via une note en fin de texte, afin de ne pas trop gêner la lecture.

Voici quelques exemples de prononciation du pinyin basés sur la transcription de l »Ecole française d’Extrême-Orient (EFEO) afin de donner une idée (très!) approximative de la prononciation :

c = ts’

Ex : cui = ts’ouei ou ca = ts’a

ch = tch’s

Ex : chi = tch’e ou chun = tch’ouen

d = t

Ex : dao = tao ou da = ta

qi = ts’i

Ex : qiu = ts’ieou, qi = ts’i ou quan = ts’uan

ran = jan

shi = che

si = sseu

xi = si

Ex : xiang = siang

xu = su

Contact